Les services de musique en ligne

Télécharger de la musique au format MP3 a longtemps été le moyen d’accéder à une grande quantité de contenus à un prix imbattable

Mais c’est illégal et pas vraiment bon pour le milieu artistique.

De nos jours, les technologies ont évolué et les services se sont adaptés à la demande.

Pour éviter de vous compliquer la vie et de prendre des risques inutiles, voici un aperçu de l’offre légale de musique en ligne.

Si la HADOPI vous rappelle à l’ordre, vous aurez été prévenu …

Avant je téléchargeais des MP3…

Quand l’accès à Internet s’est démocratisé, le téléchargement illégal de musique en a fait autant. On a connu Napster, Kazaa, eMule ou encore BitTorrent. Puis sont apparus les sites de téléchargement direct, comme MegaUpload, RapidShare, etc.

La filière musicale a du se remettre en question et les majors (Universal, par exemple) ont crié au scandale, craignant de ne plus pouvoir se gaver comme bon leur semble. Et oui, parce que sur le prix d’un bon vieux CD, il y a plus d’argent qui va à la maison de disque que dans la poche de l’artiste.

Alors certains vous diront que télécharger de la musique, ça évite surtout de payer ce qu’on veut consommer. C’est une vision plutôt limitée

On le sait tous : le téléchargement illégal, bouh… c’est mal !

Mais l’intérêt est surtout d’avoir accès à une grande quantité de musique, découvrir de nouveaux artistes, ou certains qui ne sont pas présents en France… et tout ça assez facilement.

… mais ça, c’était avant

Désormais, le téléchargement de musique en MP3 est plus surveillé et plus compliqué.

Mais les différents acteurs du milieu ont compris qu’Internet avait changé la façon de consommer de la musique.

On trouve maintenant une grande offre de musique en ligne, bien plus accessible et surtout légale.


Vive le streaming !

Le plus simple aujourd’hui, c’est quand même d’écouter sa musique en streaming, c’est-à-dire directement depuis le site qui la diffuse, sans avoir à télécharger de fichier sur son PC.
Les sites les plus connus sont Deezer, Spotify, Xbox Music ou Google Play Musique.

Preuve que cette tendance se confirme : Deezer a arrêté la vente de morceaux en ligne et ne propose plus que de l’écoute en streaming. La Fnac s’est également lancée dans l’aventure avec Fnac Jukebox.

Ils proposent en général une offre d’écoute gratuite, généralement de 10h par mois, avec quelques publicités et une offre illimitée pour 10€ par mois.
Chaque service propose différentes variantes et offres complémentaires (2€/mois pour 200 titres pour Fnac Jukebox, par exemple).

A vous de comparer chaque service, voir ce qu’il propose par rapport à vos besoins, puis d’essayer pour voir si ça vous correspond.

 

Ça ne vaut plus la peine de se compliquer la vie

Pour les prix proposés très corrects et la diversité des offres, autant en profiter.
C’est pratique et complètement légal.


L’alternative YouTube

Ce n’est pas son usage premier, mais le service de vidéos le plus populaire du net est aussi massivement utilisé pour écouter de la musique. Vous trouverez beaucoup de vidéos de musique avec juste le son.

Légalement, c’est un peu plus flou. Mais en gros ce sont plutôt ceux qui mettent les vidéos en ligne qui sont concernés par les problèmes de droits d’auteur. On ne viendra pas vous embêter si vous ne faîtes que lire les vidéos (c’est une autre histoire si vous cherchez à les télécharger).

Dans tous les cas, c’est assez pratique et vous trouverez facilement ce que vous cherchez. Vous pourrez également créer vos listes de lecture.

 

Quelques limites …

Évidemment, pour profiter de toutes ces offres, il faut disposer d’une connexion Internet à haut débit.

Une des dernières raisons de garder ses MP3, c’est de pouvoir les mettre dans un baladeur ou un autoradio, ou les écouter sur un PC sans connexion internet…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.