Ce que Free Mobile a changé…

Impossible de dire le contraire : depuis son arrivée en janvier 2012, Free a incontestablement bouleversé le marché de la téléphonie mobile en France.

Le site comparateur de forfaits mobile lebonforfait.fr vient de publier la cote de popularité des opérateurs télécom au 31 janvier 2014. Free Mobile tient toujours la première place du classement.

C’est l’occasion de faire le point sur ce que le quatrième acteur du secteur a apporté depuis ses débuts.

Une forte baisse des tarifs

Lors de la présentation officielle de Free Mobile, son fondateur Xavier Niel qualifiait de « pigeons » les clients des autres opérateurs – autrement dit, nous tous à l’époque – et promettait de diviser par deux la facture de téléphone des Français.

Son offre ne propose que deux formules, un forfait basique et un illimité, sans téléphone subventionné. Mais les tarifs sont alors clairement imbattables.

Pour rester dans la course, tous les concurrents ont dû s’aligner et le prix des forfaits de téléphone a fortement baissé depuis.

Une nouvelle concurrence

Orange, SFR et Bouygues Telecom ont dû s’adapter en revoyant les tarifs de leurs offres classiques à la baisse ou en incluant de nouveaux services.

Chacun d’eux a également dégainé son offre « low-cost » en lançant respectivement Sosh, Red et B&You.

On a aussi vu apparaître de nombreuses offres à petits prix de la part des autres fournisseurs, appelés MVNO (Mobile Virtual Network Operator = Opérateur de réseau mobile virtuel). Ne disposant d’aucune infrastructure, ils utilisent le réseau des autres opérateurs.
Parmi les plus connus, on retrouve Joe mobile, Virgin mobile, NRJ mobile, La Poste mobile, Auchan telecom, Carrefour mobile, Leclerc mobile, etc.

Des forfaits sans engagement

Une grande nouveauté introduite par Free est de proposer des forfaits sans durée d’engagement. Il est donc possible de résilier à tout moment et d’aller à la concurrence.

Des offres sans téléphone

Si les forfaits sont aussi accessibles et ne proposent pas d’engagement, en contrepartie ils n’incluent pas le téléphone.

Free propose néanmoins des solutions d’achat (ou même de location) de téléphones. Mais dans ce cas, il vaut mieux faire son calcul et comparer ce qui est le plus intéressant.

Mais les forfaits sans téléphone subventionné sont surtout intéressants quand on veut garder son mobile. Il faut juste penser à le faire débloquer s’il a été acheté avec un autre opérateur

Un nouveau marché pour les téléphones

Avec la fin du modèle classique où le téléphone est payé dans le forfait, c’est tout un marché qui est en plein développement, celui des téléphones vendus « nus » (qui ne sont pas bloqués pour un seul opérateur).

On voit maintenant apparaître de nombreux smartphones à des prix abordables.
De plus en plus de modèles de milieu de gamme sont vendus entre 150 et 200€ contre plusieurs centaines auparavant.

Certains fabricants se sont lancés sur ce créneau, comme le français Wiko ou le chinois Huawei. Mais les autres constructeurs commencent également à proposer des modèles présentant un excellent rapport qualité/prix, comme Mototola avec son Moto G à environ 150 €.

La guerre de la 4G

Le dernier argument qui restait aux opérateurs historiques pour justifier le prix de leurs forfaits par rapport à leurs concurrents, c’était de proposer la 4G, le très haut débit mobile.

Mais le 3 décembre 2013, à la surprise générale, Free annonce officiellement qu’il se lance dans la bataille en proposant la 4G dans ses forfaits, sans rien changer à ses tarifs.

S’en est suivi une belle pagaille. D’abord entre opérateurs, chacun y allant de sa déclaration pour dire qu’il fera mieux que l’autre.
Puis les ministres, Arnaud Montebourg notamment, qui s’inquiètent de la qualité de service fournie au consommateur et critiquent la politique de Free axée sur les prix bas.

Techniquement, Free est encore un peu à la ramasse pour rivaliser en terme de couverture. Mais la progression continue. Et on sait que Free a déjà connu des débuts difficiles dans le passé, c’est une question de temps.

Quels risques à tirer les prix vers le bas ?

L’inquiétude de nos ministres, sur ce que pourrait causer le manque à gagner chez certains acteurs du marché, porte sur plusieurs points :
D’abord, le fait de proposer un service de moindre qualité, qui remettrait en cause l’intérêt des français pour la 4G.
Un risque de sous-investissement dans les infrastructures matérielles, nécessaires au développement de la 4G, mais aussi de la fibre optique.
Et enfin des destructions d’emplois.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article du Huffington Post et vous faire votre avis.

Alors … Merci Free ?

Malgré les réticences vis-à-vis du choix stratégique de Free à proposer des services aux prix les plus bas, je pense qu’en tant que consommateur, on peut quand même dire « Merci Free » pour avoir démocratisé des forfaits mobiles à des prix raisonnables, nous libérer des engagements de durée et nous donner accès à de nouveaux services.

Une pensée sur “Ce que Free Mobile a changé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.